fbpx
ÉLÉMENT DE SOUTIEN

les écoles
sont-elles saines?

La santé dans les espaces confinés et les écoles est un phénomène de “code rouge”. Les enfants sont particulièrement sensibles aux effets des polluants intérieurs. La présence de nombreux polluants tels que le climat chaud-humide des environnements qui favorise la croissance des acariens et des champignons dans la poussière domestique, ont contribué à l’augmentation de l’incidence et de la prévalence des maladies respiratoires chroniques, de l’asthme et des allergies chez l’enfant.

On estime qu’en Europe, la pollution intérieure est responsable de 4,6 % des décès toutes causes confondues et de 31 % des AVAI (années de vie corrigées du facteur invalidité) chez les enfants âgés de 0 à 4 ans. Étant donné la plus grande sensibilité des enfants, l’air des milieux de vie où ils passent le plus de temps, la maison et l’école (perçus comme faisant partie des environnements les plus sûrs), est souvent contaminé par des niveaux importants de polluants.

Performance Santé Étudiants et les enfants

Des études menées en Europe dès les années 1990 ont montré que l’asthme actuel des enfants et des adolescents était positivement associé à de nombreux facteurs dans l’environnement scolaire, notamment l’humidité, les COV, dont le formaldéhyde, les moisissures, les bactéries et les allergènes. Des études récentes menées dans des écoles d’Europe du Nord et d’Italie ont montré qu’une qualité de l’air et des conditions microclimatiques sous-optimales peuvent également avoir un effet négatif sur les performances des élèves dans le cadre de leurs travaux scolaires.

Note: L’année de vie ajustée sur l’incapacité ou DALY est une mesure de la gravité globale d’une maladie, exprimée en nombre d’années perdues à cause de la maladie, de l’incapacité ou du décès prématuré.

le temps passé dans les environnements
confinés

École et logement 90%

Une cible sensible pour le problème de la pollution intérieure est représentée par les écoles par rapport à la susceptibilité des enfants et des jeunes qui passent une grande partie de leur temps dans les murs de l’école. Chaque environnement est exposé à divers polluants, qui nuisent à la salubrité des : salles de classe, bureaux, laboratoires, bibliothèques, gymnases, toilettes, auditoriums, cantines. Chacun de ces environnements peut avoir des sources et des polluants spécifiques ainsi qu’un microclimat caractéristique.

Les sources potentielles de COV dans ces environnements peuvent être : le système de chauffage, le nettoyage des pièces avec des détergents, les matériaux de construction, la désinfection et la lutte contre les nuisibles, l’utilisation de peintures et de solvants, ainsi que la présence d’occupants qui utilisent des produits d’hygiène personnelle, des parfums, des déodorants et des laques. En outre, il existe des émissions potentielles provenant de matériels éducatifs tels que les marqueurs, les peintures, les colles, les produits en caoutchouc. Parmi ces polluants, les micropoussières et les acariens qui s’en nourrissent jouent un rôle important. Et ils devraient être expulsés du bâtiment de façon permanente.

Open chat